jeudi 1 septembre 2016

La tentation d'être heureux de Lorenzo Marone







  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Belfond (1 septembre 2016)
  • Collection : ROMAN












Résumé


    À Naples, de nos jours 
Cesare Annunziata a 77 ans, et sa vie n'est pas ce qu'il aurait voulu qu'elle soit. Il n'a jamais vraiment réussi à aimer sa femme, les relations avec sa fille, Sveva, sont très compliquées, et son fils, Dante, n'ose pas lui présenter son compagnon. Alors, tant pis, il décide de profiter un tant soit peu de l'existence en buvant, mangeant et fumant comme il lui plaît. Peu importe les reproches de Sveva. Il continue même à voir cette chère Rossana, officiellement infirmière, mais qui, en réalité, vend ce qui lui reste de charmes. 
Un soir, le silence de son appartement est brisé par une très violente scène de ménage. Et Cesare ne tarde pas à comprendre que sa voisine, la belle Emma, se fait battre par son mari. La nouvelle fait vite le tour de l'immeuble. Aidé de ses deux compères du troisième âge, Madame Vitaglino, collectionneuse de chats, et, Marino, solitaire endurci, Cesare décide de secourir la jeune femme. Après avoir échafaudé les plans les plus rocambolesques, c'est finalement en se liant d'amitié avec Emma qu'il va tenter de la sortir des griffes de son époux. 
Un petit dîner en tête à tête, de délicates attentions, un sourire réconfortant... Chamboulé par la douceur de la jeune femme, le vieillard s'apaise peu à peu : à 77 ans, finalement, n'est-il pas temps de se délecter des belles choses de la vie et de faire, enfin, la paix avec ceux qu'on aime ?




Avis

     Tout d'abord, je tien à remercier Babélio et les éditions Belfond pour l'envoi de ce roman dans le cadre de la masse critique.

     Un titre qui interpelle, une jolie couverture et un résumé intriguant m'ont de suite attirés. J'avoue que sans cette masse critique je ne me serais peu être pas procuré ce roman et cela aurait été une grosse erreur, car cette histoire vaut le coup.

     J'ai adoré vivre cette aventure avec Cesare, septuagénaire au fort caractère  et qui n'a pas sa langue dans sa poche. Il dit ce qu'il pense que cela plaise ou pas. Mais attention car cela pourrait bien lui jouer des tours...  Au fil des pages, on apprend à vraiment connaitre ce vieux bonhomme qui ne souhaite surtout pas être considéré comme un 'vieux' bien au contraire. On y découvre un homme certes grincheux mais pas seulement. Il est également sensible et très très attachant. Il vous sera difficile de ne pas l'apprécier. 

     Durant les 330 pages que contient ce roman, plusieurs sujets sont bien évidemment traités,comme l'amour, la famille ou encore la solitude. Cesare nous raconte son histoire, sa vie, sa femme et ses enfants mais également tout ses secrets inavouables. Notre personnage tente en quelque sorte d'aider les autres à faire les bons choix. Chose que lui même n'a pas forcément réussit. Notre cher Cesare est entouré de 'vieux' bien différent. Entre la voisine amoureuse des chats et son ami qui ne sort plus de chez lui, Cesare est bien loin du cliché que l'on pourrait avoir d'un homme de son âge. Mais la vie de l'immeuble et par la même occasion,celle de Cesare va basculer quand un jeune couple viendra s'installer sur le même palier.

     La plume de l'auteur est addictive, fluide et agréable. L'intrigue monte au fur et à mesure avec une intensité qui atteint son paroxysme dans la dernière partie du roman. Lorenzo Marone à ce dont de nous happer dans l'histoire et de ne plus nous lâcher . J'ai vraiment beaucoup aimé suivre cet homme, ce grand père pleins de vie - dans sa façon d'être, de vivre -  que tout le monde aimerait avoir. Je ne me suis pas ennuyé une seule minute.

     Pour terminé, je ne peux que vous conseiller ce roman qui saura vous séduire avec son personnage principal attendrissant. Malgré son mauvais caractère il saura vous faire sourire avec toutes ses réflexions sur lui, les autres, la vie... Tout y passe.

     Je vais terminer sur cette phrase :

J'aime Cesare Annunziata et ce vieux bonhomme loufoque va beaucoup me manquer... 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire